7 May 2020

(Ne pas) dialoguer avec les groupes « jihadistes » au Mali ?

Étude de Cas

Au Mali, dès la fin de l’année 2012, la question du dialogue avec les groupes d’expression jihadiste, labélisés terroristes, a constitué une sorte de zone grise, voir un tabou qui cristallise et interroge les contradictions normatives et pratiques des régimes d’exclusion ainsi que leur impact tant sur la trajectoire de la violence que sur la résolution du conflit. A ce titre, le contexte malien fait face à une situation historique tout aussi complexe qu’inédite.


Authors

Ferdaous Bouhlel

 

Les groupes jihadistes renferment dans l’imaginaire collectif, et de manière quasi « organique », l’objet inacceptable, le lieu où aucun pont ne peut être jeté. Cette impossible altérité que légalise la posture d’exclusion au dialogue, entrave l’exploration d’une sortie de crise qui prendrait en compte l’engagement de ces groupes en vue du règlement du conflit. Cette étude organisée en quatre chapitres explore la question de l’inclusivité des groupes jihadistes, à travers plusieurs aspects.

Share this publication

Thanks for your interest

If you find this publication useful, please consider making a small donation. Your support enables us to keep publishing.

Latest Publications

Berghof Foundation on Twitter